vendredi 23 juin 2017

L'EOLIEN CREE DE L'EMPLOI EN FRANCE.................

LE CREUSOT : Les salariés de Franceole inquiets sur l'après «redressement judiciaire»
23/06/2017 14:57
Ils affirment leur vigilance quant à l'avenir de la filière éolienne en France et plus particulièrement au Creusot.Ils espèrent voir la fin du tunnel...
C'est une entreprise en souffrance, qui veut se construire un nouvel avenir, que Benoît Hamon a découvert en se rendant chez FrancEole. Car la filière éolienne française n'est pas au mieux de sa forme à cause de la concurrence. C'est ce que nous avions écrit à l'occasion de la visite de Benoît Hamon quand il était venu au Creusot pendant la campagne des Présidentielle.
La direction de l'entreprise s'était alors fendue d'un communiqué pour expliquer que sa santé n'était pas spécialement bonne.
Depuis elle a été placée en redressement judiciaire. Mais que l'on ne s'y trompe pas. Redressement judiciaire ne veut pas dire arrêt de l'activité. L'entreprise continue de produire des segments de mâts d'éolienne... Cela dans l'attente d'un repreneur. La période d'attente qui était prévue jusqu'au mois de juillet, selon nos informations, devrait être prolongée jusqu'à la rentrée de septembre.
En effet, si deux repreneurs potentiels ont manifesté un intérêt pour la reprise d'une activité unique en France, celle de la fabrication de mâts d'éolienne, aucune offre de reprise n'a encore été déposée auprès du tribunal de commerce.
La période d'attente pour les salariés est donc appelée à durer encore quelques mois. Ce qui n'est pas sans les inquiétier. C'est ce qu'ils disent dans un communiqué publié par l'intersyndicale.

Le communiqué de l'intersyndicale (23 juin) :
FRANCEOLE, seul fabricant français de mâts acier d’éolienne,  en redressement judiciaire !!!
Le 16 mai 2017 se déroulait un comité d’entreprise extraordinaire, réunion au cours de laquelle La Direction nous a INFORME de notre passage devant le tribunal de commerce DES LE LENDEMAIN.
Celui-ci a prononcé  le redressement judiciaire de l’entreprise.
Certes, les salariés et les représentants du personnel étaient au courant de la situation financière. Mais la concurrence européenne suffit-elle à expliquer une telle situation dans une entreprise détenue par un groupe dirigé par la 153eme fortune de France ?
Depuis des mois la gestion de l’entreprise n’était-elle pas axée sur la seule préparation de ce redressement judiciaire ?
A l’heure actuelle, nous attendons des offres d’éventuels repreneurs, ce qui provoquerait d’après nos informations de nombreuses pertes d’emplois, tout ceci peut soulever quelques interrogations à juste titre.
Combien d’élus, de candidats ont visité cette entreprise modèle ?
Aujourd’hui le temps des promesses terminé  il faut passer aux actes.
Peut-on parler de diversification de transition énergétique et laisser  disparaitre ou fragiliser le seul fabricant Français de mâts acier d’éolienne ? Que vont devenir les 160 salariés répartis entre le Creusot et Dijon, qui ont fait maintes et maintes fois des efforts afin de produire toujours plus, mettant quelques fois leur sécurité en danger ? Qu’en est-il de l’avenir de nos sous-traitants/fournisseurs ? Combien d’emplois en danger dans ces entreprises ?
Le sort de nos 160 salariés sera-t-il fixé entre le 27 juin et le 29 juin, date butoir de dépôt des offres ?
Si dans un premier temps les salariés ont accusé le coup aujourd’hui ils veulent relever la tête.
Les salariés prendront leurs responsabilités, que chacuns les prennent à leurs niveaux.



Le communiqué de FrancEole (7 avril :
FRANCEOLE est née fin 2012 de la reprise, par la Holding Pélican Venture, des sociétés Céole (2008) à Dijon et SIAG France (2003) au Creusot.
  • 160 emplois industriels sont ainsi préservés sur  les deux sites industriels.
  • Ce sont aussi bientôt 20 années de savoir-faire dans la fourniture pour l’éolien qui continuent de s’exprimer quotidiennement.

FRANCEOLE, seul fabricant français de mâts acier d’éolienne.
  • Avec Pélican Venture et des efforts continus, FRANCEOLE est devenu le fournisseur français de second rang des entreprises productrices d´énergie éolienne.
  • Chiffres d’affaires 2016 : 29 M€
  • Clients 2016 : VESTAS, SENVION, GE, NORDEX, ENERCON
FRANCEOLE évolue aujourd’hui dans un environnement extrêmement difficile et est soumise aux contraintes très fortes d’un marché internationalisé, concurrentiel, dont les éléments fondamentaux sont les suivants :
•    Une surcapacité au niveau européen de plus de 30 % : 16.500 sections manufacturables pour un besoin de 11.000, certains de nos voisins comme l’Espagne ou le Portugal ayant stoppé leurs installations, d’autres comme l’Allemagne amorçant un ralentissement marqué.
•    Une concurrence intra-européenne forte sur les coûts de productions, due à des niveaux de salaire différents, particulièrement dans les pays de la Péninsule ibérique
•    Une directive européenne anti-dumping favorisant des importations extra-européenne (Chine, ….), à bas prix sur les produits finis.
•    Une incertitude sur l’arrêté tarifaire induisant un attentisme des développeurs et des financeurs de parcs français qui diffère des projets nécessaires à notre charge régulière.
Malgré d’importants efforts de rationalisation et d’organisation des 2 sites et des investissements industriels notables depuis 2013, la société reste donc fragile et sensible à toute variation des éléments de son carnet de commande :
•    Charge de l’entreprise
•    Niveau de prix
Du fait d’une baisse importante de ses prix de vente (jusqu’à -20% sur la marge brute) et de l’impossibilité d’avoir une charge pleine sur les 12 mois de l’exercice, FRANCEOLE a réalisée une perte importante en 2016.
L’érosion des prix se poursuit sur 2017 et si actuellement les 2 usines travaillent, les commandes traitées ne permettent pas à la société de survivre seule, malgré les efforts d’organisation et d’investissements.
Dans  ce contexte difficile, il est aujourd’hui nécessaire que FRANCEOLE soit adossée très rapidement à une structure plus large, investie dans le secteur des énergies, et qui lui assure un avenir par des synergies et une intégration dans une stratégie globale.  

 

vendredi 2 juin 2017

NICOLAS HULOT



VOILA CE QUE DECLARAIT NICOLAS HULOT EN 2005.

MAINTENANT QU'IL EST MINISTRE QUELLE VA ETRE SA POSITION VIS A VIS DES EOLIENNES IMPLANTEES N'IMPORTE OU

FORET DE MONT SOUS VAUDREY